Conseil de quartier du Plateau / Mont-Valérien du 16 novembre 2011

Le Projet de la « Piste bleue » des Damades avec un mur d’escalade, des aires de jeux pour enfants, des terrains de sports, un arbre remarquable

 

      La séance a été ouverte par Marie-Claude Garel à 20H35, accompagnée du maire et de l’adjoint à la jeunesse.

      Le Plateau/Mont-Valérien est le quartier où il y a le plus de jeunes par rapport aux autres quartiers de la ville. Il compte 20 % de familles monoparentales, 99,1 % d’enfants de 6 à 14 ans scolarisés sur le quartier et 60 % d’enfants profitent des activités périscolaires.

Lors d’un conseil de quartier spécial jeunes en juin 2010, les enfants ont eu la parole : manque de bibliothèque, rénover la piste bleue, la pollution sur les trottoirs, plus de Pedibus, plus de propreté…

La mairie a respecté des engagements comme de nouvelles crèches, un développement pour l’accueil des enfants et des jeunes handicapés (le nouveau bâtiment pour l’IME situé sur l’avenue Paul Vaillant-Couturier), l’agrandissement du groupe scolaire Romain Rolland.

         La municipalité a posé 2 questions et nous avons dû travailler par table :

          – Question 1 : « Que pensez-vous de la façon dont la ville répond aux besoins des parents et des enfants du quartier ? Quelles actions devraient être améliorées, adaptées ? Quelles nouvelles pistes d’action pourraient être développées ? »

          – Question 2 : « Plus généralement, que faut-il améliorer dans le quartier pour que tout le monde y vive bien ensemble ? (sans se limiter à la question de l’enfance) »

Sur l’ensemble des tables, les demandes ont été souvent les mêmes comme la révision des trajets des mini-bus qui ne passent plus à l’Hôtel de Ville ni au cimetière du Centre ni au Leclerc (gros manque pour les personnes âgées ou à mobilité réduite), création d’un espace de jeux près de l’école Romain Rolland pour que les parents y amènent leurs enfants après la classe, plus de propreté dans les espaces de jeux pour enfants comme au parc des Chenevreux (on ne sait pas ce qu’il y a avec les copeaux de bois ?), plus de commerces sur le haut du quartier, revoir le stationnement, plus de lieux pour le Bibliobus…

       Après notre travail collectif, le maire prend la parole et nous explique que la ville dispose de 360 000 m² de bâtiments municipaux ainsi que 2400 employés et 1100 vacataires. Si le quartier n’a pas assez de places de crèches, il faut aller voir dans un autre quartier car le Mont-Valérien et le Centre Ville sont les plus demandeurs.

L’agglomération du Mont-Valérien permet de découvrir ce que Suresnes et Rueil-Malmaison font de leurs équipements municipaux, comme leurs médiathèques qui sont payantes à l’inscription, or celles de Nanterre y sont gratuite. Mais les médiathèques de Nanterre vont évoluer à cause de leurs utilisations qui baissent d’année en année.

La ville est en transition au niveau des véhicules, les habitants utilisent moins la voiture qu’il y a 10 ou 20 ans, grâce aux transports en commun. Par exemple, à La Défense, les parkings souterrains sont sous-exploités, environ 90% des places  ne sont pas utilisées car, lors de la construction du centre d’affaires européen, les exploitants n’ont pas pris en compte la venue des transports en commun (RER, métro, train, tram, bus). En 2020, il y aura une gare à La Boule avec le projet du Grand Paris ainsi que la venue du T1 qui ira jusqu’a Rueil-Malmaison. Si la mairie construit un parking souterrain dans le quartier, cela coutera cher car une seule place de parking souterrain coûte 15 000€. Par exemple, les tarifs du parking Les Lumières permettent juste d’entretenir le parking mais l’investissement de départ a été payé par la municipalité. Il faut s’habituer à aller à pieds à certains endroits et ne plus prendre la voiture.

Les mini-bus coûtent très chers à la ville même si un accord a été conclu entre la STIF (Société de Transport d’Ile de France) et la mairie.

Si on veut faire bloquer temporairement une rue pour faire un repas ou une fête entre voisins, il faut demander un arrêté municipal.

Le problème des bancs est qu’ils font un point de fixation et cela pose des problèmes pour certains habitants à cause de la gêne occasionnée. Les bancs du parc des Chenevreux n’ont pas de dossier à cause du projet environnemental sur le parc

A la fin de la réunion, l’animatrice a refusée de laisser la parole à deux habitants qui voulaient des réponses sur d’autres sujets. Cela souligne qu’à Nanterre, la liberté de paroles n’est pas de mise.

A propos Alexandre GUILLEMAUD

Conseiller Municipal de Nanterre (92),
Conseiller Régional des Jeunes d’Ile de France,
Administrateur de l’OPH de Nanterre,
Président de l’UNLI Nanterre

Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.