Visite du projet Éole

Le RER E dit Éole

 

En ce jeudi 19 janvier après-midi, la municipalité a organisée une visite de terrain pour le projet Éole.
La visite a commencée avec une présentation du projet par le maire dans le car, qui nous amenait au bâtiment Axe Seine de la SILIC, à coté du pont de Rouen et de l’autoroute A86. Le maire nous explique que le but de cette visite est de comprendre l’action de la mairie, elle voudrait essayer de désenclaver le quartier du Petit-Nanterre du le restant de la ville où il y a les équipements municipaux ou les commerces du centre.
Arrivé au pied du bâtiment, nous montons au dernière étage, au 4ème, pour voir le pont de Rouen d’en haut. La mairie demande que le mur de soutien du pont de Rouen soit décalé pour prévoir la futur arrivée du T1, sans cela, le T1 ne viendra jamais à Nanterre et le pont de Rouen ne bougera plus jamais. Le maire voudrait aussi réduire le bruit pour les riverains en y installant un talus, détruire un mur entre les voies ferrées et mettre au niveau du sol l’ancienne autoroute A14 devenue route départementale RD914. Il dénonce aussi les mauvaises décisions prises par la municipalité dans les années 1970-80 (déjà communiste à l’époque !) pour avoir acceptée l’autoroute A86 et les différentes lignes de trains, comme le RER A qui passe a 12m du niveau du sol, ce qui a diminuer la taille du Petit Nanterre, et dénonce aussi les décisions de l’État et du département (de droite !) pour avoir fait de Nanterre, une ville « poubelle ». Le maire dit que « Si le projet se serait passé à Saint-Cloud, tous aurait été fait pour le cacher le plus possible mais à Nanterre, les habitants ont autres choses à penser ». La mairie aurait aimée que ce projet soit souterrain mais cela coute très cher, 100 millions d’euros par km au lieu de 1 million d’euros par kilomètre pour l’aérien.
Après 40 min de questions et d’explications du maire, nous repartons vers notre car sans le maire qui est partit pour un autre rendez-vous. Le car repart jusqu’à la prochaine étape… le pont de la Morue, soit le bout de la rue. Au pont de la Morue, le projet nous dit qu’un 2ème pont sera collé au 1er pour que les trains du projet Éole ainsi que la ligne à grande vitesse Paris-Le Havre puissent passer facilement et aussi un saut de mouton qui permettrait à 2 trains de rouler l’un dessus de l’autre. La municipalité aimerait aussi avoir une 2ème gare pour permettre aux employés des alentours de venir travailler plus facilement.
La prochaine étape est le pont Noël Pons et l’Ile ferroviaire. Arrivés sur les terrains RFF (Réseau Ferré de France), nous voyons de nombreuses petites entreprises y travaillant. Le projet prévoit d’en faire des voies de garages (environ 10 courtes).
Puis notre car repart pour la gare de la Folie, toute proche du futur stade Aréna et de la gare RER Nanterre Préfecture. Dans cette gare, il y aura 6 voies et 4 quais et sera recouverte d’un nouveau pont ce qui permettra de détruire le pont Hébert. La mairie souhaiterait que le boulevard de la Défense soit à double sens et non à sens unique (La Défense –> Nanterre), dans ce cas, le boulevard sera élargi sur le talus existant. La zone des Groues serait réaménagée pour en faire des logements sociaux ainsi qu’un nouveau lycée, un nouveau collège, des écoles et des crèches.
Au bout de 2H30 de visite, le car nous ramène devant l’Hôtel de Ville de Nanterre.

A propos Alexandre GUILLEMAUD

Conseiller Municipal de Nanterre (92),
Conseiller Régional des Jeunes d’Ile de France,
Administrateur de l’OPH de Nanterre,
Président de l’UNLI Nanterre

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.